PRÉVISIONS MÉTÉOROLOGIQUES CERTIFIÉES AU SERVICE DES PROPRIÉTÉS VITICOLES

LA MÉTÉO : UN FACTEUR PRIMORDIAL EN VITICULTURE

C’est un fait : les propriétés viticoles sont totalement dépendantes de la météo.

Afin d’anticiper certaines démarches et assurer la bonne santé des vignobles, les domaines ont besoin de prévisions précises, notamment en termes de pluie, de vent, de température, de rayonnement solaire, de grêle ou de gel.
Tous ces facteurs naturels influencent la pousse de la vigne. Ces données météos permettent de guider les viticulteurs dans leur prise de décision et ainsi éviter tous les risques pouvant engendrer une mauvaise récolte.

La prévision météo, une aide précieuse pour :
– établir l’organisation des travaux manuels et mécaniques
– anticiper les gelées printanières
– réduire et optimiser les traitements phytosanitaires
– prévenir les maladies
– gérer les arrosages des plantes
– améliorer la qualité du vin

C’est pourquoi depuis près de 5 ans, l’entreprise Banton Lauret met à disposition un service météo offrant des prévisions certifiées par un météorologue alliant conseil et accompagnement des propriétés viticoles dans la gestion de leurs travaux.
Notre spécialiste, Laurent VIOLET, se charge de la transmission quotidienne de deux bulletins météo ainsi que de l’assistance téléphonique.

CANICULE 2019 : L’ANALYSE DE NOTRE PRÉVISIONNISTE MÉTÉO

Afin de comprendre les enjeux de la météo en viticulture, notre prévisionniste nous propose un retour sur les deux canicules du mois de Juin et Juillet.

Vous l’aurez remarqué, pas moins de deux épisodes caniculaires se sont succédés cette année. Le premier fut observé la semaine du 24 au 29 Juin, le second quant à lui d’une durée plus courte (3 jours seulement) s’est étalé du 22 au 24 Juillet.
Si pour la 1ère période de canicule, le département de la Gironde n’a pas battu de record de températures, les parties proches des départements de la Dordogne et du Lot et Garonne, deux départements placés en vigilance orange ont tout de même connus des températures voisinant les 36 à 38°c. On remarque un facteur aggravant dans cette phase caniculaire : la durée maximale d’ensoleillement en plein solstice d’été, une grande première à cette période de l’année.

Plus au sud, dans le vignoble du Sud-Est méditerranéen, certaines valeurs maximales relevées dans le Gars notamment sont remarquables avec 45,9°c. d’enregistré à la station de Gallargues-Le-Montueux, le 28 Juin. Pour la première fois depuis la création des vigilances météo, la vigilance rouge canicule a été activée le jeudi 27 et vendredi 28 Juin et une valeur supérieure à 45°c est enregistrée sur le sol français.
Le vignoble gardois fut particulièrement touché avec de nombreux feuillages totalement grillés par le soleil. On constatera à l’inverse peu de dégâts de brûlure dans le vignoble bordelais, mais au contraire, des effets bénéfiques qui auront permis l’arrêt du Mildiou.

La 2nde canicule observée du lundi 22 Juillet au mercredi 24 Juillet aura été plus impactant sur le vignoble bordelais. En effet, le vent de Sud-Est accompagnant ce nouveau coup de chaud a eu un effet très asséchant sur les plantes.
Contrairement à l’épisode du mois de Juin, des records de températures ont été battus à plusieurs reprises, aussi bien pour les températures minimales que maximales.

Carte des températures maximales observées le mardi 23 Juin (Source : infoclimat)

Fort heureusement, la prévision de cette nouvelle canicule a été annoncée plusieurs jours à l’avance par le service interne de prévisions météorologiques certifiées Banton Lauret. Ainsi, de nombreux clients abonnés à ce service spécifique ont pu anticiper rapidement d’éventuels dégâts, peu d’impacts de brûlures du feuillage ont été relevés.

Quelques jours avant cette deuxième canicule, des orages de grêle ont été annoncés par notre météorologue. Grâce à cela, des systèmes de protection ont pu être déclenchés pour prévenir les pertes de rendements que peut causer la grêle. 

CHANGEMENT CLIMATIQUE : ADAPTER NOS VIGNES AU CLIMAT DE DEMAIN

Compte tenu de la récurrence de plus en plus proche des canicules, la gestion du vignoble risque d’être profondément bouleversée, avec des dates de vendanges plus précoces mais aussi des degrés alcooliques plus élevés au fil des années.

Les sécheresses encore plus récurrentes pourraient aussi à long terme avoir un impact négatif sur le vignoble, surtout si les recharges en eau restent inférieures aux normales saisonnières en hiver. Il deviendra alors nécessaire d’analyser régulièrement l’état des sols afin de mesurer leur réserve utile en eau.
Afin de palier au mieux cette sécheresse, l’irrigation des vignes (si la législation vient à l’autoriser) demeure une solution prometteuse en complément d’un travail du sol permettant une infiltration et une aération abondante.

Exemple de vignes très asséchées


Après les vendanges, la vigne vient à étendre son système racinaire de façon à puiser les ressources dont elle a besoin en profondeur. À cette période, les apports organiques et en eau sont primordiaux pour contribuer à son bon développement.

Enfin, la thermovinification aussi va subir ce réchauffement climatique. Pour contrer la hausse du taux d’alcool des vins, les chais devront être suffisamment équipés en énergie électrique afin de maintenir les températures.

Dans ces situations météos de plus en plus complexes, l’importance de la météorologie dans la conduite des vignobles s’accroît indéniablement. Banton Lauret est doté d’un savoir-faire adapté.

Vous souhaitez obtenir plus d’informations sur nos services d’accompagnement météo ? Contactez-nous !